Nos tutelles

CNRS Université Paris 13

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Équipes > PACTM > Présentation générale

Faits marquants 2012 - 2017

par Brigitte Bacroix - publié le

Ceux-ci portent sur des résultats scientifiques de premier plan et sur des développements expérimentaux :

• Zhang P., O.U. Salman, J.-Y. Zhang, G. Liu, J. Weiss, L. Truskinowsky, J. Sun, Taming intermittent plasticity at small scales, Acta Mater. 128, 2017, 351. Cet article montre pour la 1re fois l’effet du désordre sur l’évolution de la plasticité à petite échelle et l’accord avec la théorie développée sur la densité de dislocation mobile.

• Ehlers F., Seydou M, Tingaud D., Maurel F., Charles Y., Queyreau S., Ab initio determination of the traction-separation curve for a metal grain boundary : a critical assessment of strategies, Model. Simul. Mater. Sci. Eng. 24, 2017, 085014. Cet article étudie les configurations métastables dans un processus de fissuration ab initio d’un joint de grain et montre que le schéma classiquement utilisé pour dériver une loi TSL (traction-Séparation Law) est abusif.

Franciosi P., Charles Y., Effective property estimates for n-phase composites with from all to none co-continuous phases, Int. J. Solids and Structures, 96, 2016, 110. Cet article propose, dans le contexte de l’homogénéisation classique en champs moyens, la première estimation des propriétés effectives d’un composite pour tout arrangement multi-continu de p phases parmi n quelconques.

• Wronski S., Bacroix B., Microstructure evolution and grain refinement in asymmetrically rolled Al, Acta Materialia 76, 2014.Cet article, qui décrit l’influence de l’asymmétrie du laminage sur la microstructure des matériaux montre pour la 1re fois la possibilité d’utiliser ce laminage pour obtenir une hétérogénéité contrôlée.

Kahloun, C., Le, L. T., Monnet, G., Chavanne, M.-H., Ait, E., Franciosi P., Topological analysis of 110 slip in an alpha-iron crystal from in situ atomic force microscopy, Acta Materialia, 61, 2013, 6453. Cet article, 1er d’une série, établit la possibilité (à partir d’essais in-situ AFM) de relier quantitativement l’analyse du glissement émergent en surface d’un cristal déformé (Fe BCC) et les évolutions associées des densités sous-jacentes de dislocations mobiles.

Transfert technologique (2014 - 2015). La machine de traction in situ développée au LSPM dans les années 90 et ayant alors donné lieu à un brevet CNRS (portant sur le système de fixation de l’éprouvette dans les têtes de traction, système restant inégalé dans les machine analogues commercialisées depuis), a fait l’objet d’un transfert de savoir-faire par le CNRS (pilotes P. Franciosi et O. Brinza), vers la société NEWTEC, qui en échange a fourni au LSPM une mini-machine nouveau modèle et un logiciel de suivi associé pour un prix très avantageux.

Développement d’une nouvelle méthodologie de mesures de contraintes résiduelles (2014-2016). A partir du dispositif XSolo (INEL), T. Chauveau, en collaboration avec S. Dufrenoy et B. Bacroix a développé une procédure permettant de mesurer les contraintes dans des matériaux métalliques anisotropes. Elle a été validée par des comparaisons avec des prévisions de modèles d’homogénéisation. Pour la 1re fois, des mesures ont été ainsi réalisées sur des alliages de titane après usinage et corrélées à la durée de vie en fatigue des pièces (Thèse Dufrenoy 2016).

Implantation au LSPM d’un essai de disque (2014 – 2016). Cet essai normalisé d’usage industriel permet la caractérisation de la fragilisation par l’hydrogène (FPH) de tôles métalliques. Un banc d’essai cédé par l’ex-LISSMA de Supmeca en 2013 a été réhabilité par N. Fagnon afin de conduire des essais expérimentaux au laboratoire. Il a été testé ensuite par M. Gaspérini sur une large gamme de vitesse de pression (typiquement de 1 à 104 bar/mn) sur du fer polycristallin et donne lieu actuellement à une collaboration industrielle sur la FPH dans des alliages de titane.